Est-il possible d’automatiser le lien social ?

C’est la question qui me taraude avec les derniers développements du microblogging, de la syndication, des réseaux sociaux et des automates conversationnels.

Je sais je dois m’expliquer, allons-y pour quelques petites définitions et positionnements.

Si le microblogging connaît un succès grandissant avec la multiplication des options possibles pour partager entre proches les instantanés de la journée (Mashable France compte 9 concurrents à Twitter), que les réseaux sociaux adoptent une ouverture de plus en plus grande permettant, comme Facebook, de partager des applications maisons ou fédératrices là où il était coûteux de le faire il y a 6 semaines, que la syndication permet de connecter, redistribuer, alerter les deux univers précités sans autre difficulté qu’un flux RSS ou l’utilisation d’une API REST et que l’ensemble est couplé à un automate conversationnel de type ELIZA, capable d’interpréter des questions, de reformuler des données de manière positive ou interrogative, il n’est pas inconcevable de laisser le traitement de certaines tâches routinières à un avatar intelligent. Comme saluer le passage de sa maman sur son blog 😉

Ca c’est dans un monde « idéal », où l’agrégation de mes informations (et celle des mes proches) peut-être exploitée pour « imiter » l’élément fédérateur de tout ce fatras que sont ma curiosité et mes goûts (ou les leurs). Pour ensuite en faire le rendu sous une forme qui respecte mes codes et mes façons et qui réponde à l’interprétation des attentes des autres que j’ai coutume d’avoir.

Skaaz.fr pourrait être un exemple d’embryon du concept (voir les 5 minutes de vidéo pour comprendre pourquoi ça existe). Derrière des aspects de service qui tend à vivre de la vente de strings virtuels, se cache en fait un avatar animé et dialoguant, le Skaaz, qui comprend quand on lui demande l’heure, la météo, ou lui pose une question du type « tu as ton permis ? », « tu aimes la bière ? », et autres petites petites choses.

Pour apprendre il se nourrit de réponses à des questions prédéterminées, il nécessite donc une éducation. Son intelligence se limite à la conversation. Il ne peut se nourrir de l’existant (c’est-à-dire nous, notre passé, nos relations, notre activité) pour augmenter ses connaissances. Vite chronophage comme un Tamagotchi. Jeune public bienvenu donc.

Pour l’exemple j’ai fait la découverte du Skaaz de kooolman à qui je demandais de danser et qui immédiatement me demandait si je voulais coucher avec lui (il faudra tirer des conclusions sur les déductions des programmeurs de ces automates et des représentations qu’ils mettent en lumière.)

Pour répondre par une question au titre de cette note : est-ce souhaitable ?

2 réflexions sur « Est-il possible d’automatiser le lien social ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.