Les listes dans twitter, est-ce vraiment bien pensé ?

J’ai découvert (comme la plus grande partie de la twittosphère) la fonction de liste de twitter.

Si l’idée d’organiser ses amis, collègues, camarades en listes est une bonne chose pour grouper leurs messages, les détournements sont déjà légions et posent question sur l’implémentation de cette idée.

Qui a envie de se retrouver dans une liste intitulée clitoridiennes, boring most of the time, vous voyez l’idée ?

Au premier abord je trouve que l’inclusion dans une liste devrait être soumise à une approbation, ou pour le moins à une notification, comme c’est le cas pour une nouvelle amitié, offrir la possibilité de bloquer l’inclusion et pas uniquement la personne et donc l’inclusion, car si pour l’instant le nombre d’inclusions est encore restreint comme gèrerons nous notre présence online avec plusieurs centaines de listes ?

Les comptes de société ont à relever leur attention, aussi, à quand les listes « voleurs », « escrocs », « fail »…

Maintenir un compte public nécessite de garder un œil sur la statistique « listed » de son compte.

On aurait pu espérer aussi la possibilité de rejoindre une liste, utile pour gérer un évènement, mais bon le DM peut toujours être utilisé.

7 réflexions sur « Les listes dans twitter, est-ce vraiment bien pensé ? »

  1. Avant toute utilité pratique (messages groupés etc.) on peut y voir un « personal branding ».
    Quand je vois les listes dans lesquelles je suis « lol », « girls », « commu » je ne suis que très peu etonnee, c’était prévisible gros comme une baraque à frites.
    Soit. Regarde Choukkepette, déjà listé comme référence android…
    Ensuite, perso, depuis hier je découvre des comptes car nous avons été listés dans les mêmes groupes, c’est que le « listeur » nous met sur un pied d’égalité. Enfin ça fait beaucoup de «  » mais tu vois où je veux en venir 🙂

  2. Bonne question que tu poses.

    Etre listé, c’st un feedback comme un autre. A voir à l’avenir si ça aura autant de poids que le backlink autrefois (il a pris un coup dans l’aile) ou le page rank, etc.

    Etre listé de façon péjorative, c’est comme être linké par un mot désagréable: que peut-on y faire?

  3. Eric de fait on n’y peut pas grand chose et c’est en cela que la notification aurait eu du sens.

    Recevoir un mail lorsque l’on se fait lister, comme l’on peut recevoir un mail lorsque l’on se fait follower.

    Un backlink, backtrack laissait une trace et permettait de se situer, de réagir, là (comme tu le dis dans ta note),c’est de la catégorisation, du comment les autres nous perçoivent, ou comme le dit Florence du « self branding »… mais en catimini.

    Merci pour le lien à l’ancienne au passage 😉

  4. Oui, en fait les twitter lists, c’est l’équivallent des Facebook groups. Quand il y a trop de groupes, trop de facilité à en créer, ça n’a plus d’importance, plus de poids.

  5. Tiens n’avais pas pense à créer des catégories casse-couilles, menteurs, petasses et autres qualificatifs ou nom d’oiseaux.
    En etait resté à amis, pro, famille, perso, centre d’interet, KM, veille, etc etc…
    Me semblait que l’interet de twitter et d’avoir des followers était de suivre des gens qui nous intéresses d’une manière ou d’une autre et non de s’accrocher des casseroles et des boulets dans le dos même numériquement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.