Le corps utile

Le corps utile
que l’on mutile
De travail en cancer.

D’espoirs en constats
À trois pas du trépas

La nostalgie
prospère
comme
un cimetière

Vivre c’était hier
Ce sera peut-être demain
Maintenant, fugace, ne tient aucune promesse.

Il n’est rien que je délaisse auquel je ne tiens.
Ni moi, ni les miens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.