Archives pour la catégorie google

La presse, les moteurs de recherche et le real-time web

La Belgique est un laboratoire intéressant pour suivre les soubresauts de la mutation de la presse à l’ère de sa numérisation.

Sauf à avoir vécu sur Mars vous aurez en mémoire le clash entre Copiepresse et Google sur la thématique de l’indexation. Particulièrement l’intégration dans le service Google News. Prélude prophétique d’un sujet qui revient au devant de la scène grâce au magnat Rupert Murdoch qui rendra payant tous ses titres en ligne et du même coup veillera à les faire désindexer de Google.

Une très longue interview est disponible sur YouTube pour se faire une opinion sur les motivations de Rupert.

On comprend que dans la logique du « Google parasite », la meilleur défense c’est l’attaque et que lui interdire d’indexer des contenus c’est saper sa raison d’être ; mettre à disposition l’information.

Certains laissent entendre que c’est une aubaine pour Microsoft et son moteur Bing qui peine à décoller. En effet pourquoi ne pas faire alliance contre le géant Californien en indexant préférentiellement les contenus des éditeurs sur un moteur défini en échange de revenus maximisés ?

Adieu neutralité, adieu savoir universel, bienvenu dans un monde de chapelles. En gros c’est une redite de l’épisode belge de 2006.

Or on est en 2009 et il est fort possible que le combat soit déjà une étape plus loin et que le modèle du moteur de recherche et de l’obsession SEO soit déjà à ranger aux oubliettes, remplacés par le bouche à oreille, le retweet et la valeur marque des sites de presse et de leur relation à leur lectorat, leur communauté.

En effet d’autres postulent que Murdoch a compris que la reprise en main de la relation avec le lectorat passe par la recommandation et que le trafic principal des sites du groupe Newscorp vient de twitter ou Facebook.

Je ne saurais trop vous rappeler le graphe que j’avais réalisé sur la diffusion de l’info à l’ère du real-time web

L’idée est donc de court-circuiter l’inter-médiation de Google, c’est elle qui siphonne les revenus publicitaires. Le brand le plus puissant du monde sert de porte d’accès à toutes les autres marques, or cette position est contestée par la prise d’importance des réseaux sociaux et du real-time web où les marques peuvent agir en leur nom propre et capitaliser sur leurs services.

Qu’en est-il dans notre beau Royaume ?

Le soir a pris pied sur Facebook (2,75 millions de Belges) et rassemble plus de 4200 fans, ce qui représente 0,57% du lectorat régulier (+/- 700K visiteurs réguliers sur le soir.be en octobre 2009). Je serais curieux d’en connaître plus sur le dispositif mis en place pour animer cet espace si quelqu’un veut partager sur le community mangement chez Rossel, d’avance merci !

Cette fan page a un compte twitter un rien famélique, un autre compte diffuse les liens du fil info, mais l’initiative n’émane pas du journal.

Côté IPM deux fan pages pour la Libre et la DH. Meilleurs résultats pour la page de la DH puisque cComme celle du Soir elles bénéficient d’une exposition sur la homepage du site.

De même que pour Rossel si quelqu’un veut bien m’expliquer le dispositif mis en place pour gérer la communauté je suis curieux. Deux comptes (@lalibre et @lalibrebe) twitter complètent le dispositif mais aucune garantie quant à leur propriétaire.

Détail cocasse sur Bing : ni La Libre, ni Le Soir n’ont leur homepage en réponse à une recherche sur leur marque… Merci Copie presse.

 
 

Des bruits laissent entendre que Rossel envisage de repasser nombre des contenus de son site phare du côté des contenus payant. 2010 risque d’être une année chaude sur ce front.

  

Google Friend Connect

Depuis hier je peux faire usage de Google Friend Connect.

Il s’agit d’un ensemble d’outils communautaires mis à disposition par Google.

Pour l’instant rien de bien décoiffant (un mybloglog like et un wall/livre d’or très old fashion), mais si vous voulez rejoindre mon expérience de la chose je vous propose de rejoindre la communauté en vous identifiant ci-dessous. (EDIT : Quelques soucis de performance vu d’ici…)

Google Friend Connect



Metrishow, Greasemonkey et le tagging analytique

La multiplication des outils de reporting statistique sur les sites web dont j’aide à la gestion, me pousse à souvent aller voir les sources pour m’assurer du tagging correct des pages modifiées ou ajoutées.

C’est barbant.

Vincent Cautaerts avait développé en 2006 une série de scripts Greasemonkey pour contrôler le tagging beweb et metriweb des sites du groupe Rossel.

J’ai repris son script metrishow et l’ai retravaillé pour qu’il affiche les codes Google Analytics (Urchin et GA) en plus du tag Metriweb, j’ai aussi remplacé l’alert javascript par un élément HTML moins intrusif.

Le script est donc à votre disposition.

Que le projet le plus bienfaisant gagne …

Pour célébrer ses 10 ans Google lance un concours de projets devant être bénéfiques à la communauté.
Les 5 projets à l’impact le plus grand seront retenus et financés à concurrence de 2 millions de $ par projet. Date limite de dépôt des idées le 20/10.

C’est bien sûrement, peu à la fois, un brin paternaliste old school mais bon comment flinguer la bienfaisance à caractère publicitaire sans enfoncer des portes ouvertes ?

Premiers coups d’oeil au Google Ad Planner

Depuis deux jours je fais joujou avec le Google Ad Planner.

C’est quoi ?
Outil de recherche et de ciblage d’audiences online, il est le premier signe tangible de convergence entre Google et DoubleClick. Confirmant la domination du géant sur les paramètres majeurs (recherche, analyse, vente d’espace) de l’économie numérique.

Pour approfondir voir les excellents articles d’ecosphere et la présentation par Le Monde

Ce qu’on y trouve
Les outils de recherche donnent à voir par pays le trafic par sites, le reach, etc. Sur les Etats-Unis il est possible d’exploiter des données socio-démographiques (âge, sexe, études, revenu) pour affiner les analyses.
Capture d\'écran du Google Ad Planner
Au final un outil à la prise en main rapide et simple (je ne suis pas un planner et pourtant je m’y retrouve) et la génération de fichiers de planning pour MediaVisor

Ce que j’en fais
Je ne suis pas publicitaire, ni planner mais je suis déjà très friand des trouvailles qu’Ad Planner permet.

Voilà de quoi voir quelles audiences vont sur quels sites. Détecter ailleurs (USA of course) ce qui fonctionne.

Avoir aussi un point de vue sur des sites hors mesures traditionnelles (Metriweb en Belgique), sur les keywords qui draine leur trafic.

Avoir un oeil sur tout et tous sans débourser un rond… voilà un bon business model quasi du bonheur