Archives pour la catégorie médias

La Presse.be & De Pers.be

La Presse Bricolés sur des domaines que je n’avais pas véritablement exploités vu le sort réservé à Google News en Belgique, LaPresse.be & DePers.be proposent une vue agrégée et personnalisée des articles émanant des sites des journaux les plus partagés sur facebook par votre réseau d’ami.

Inspiré du site LikeButton.Me centré sur les sources US, je vais utiliser le concept pour faire le tour des Social plugins mis à disposition par Facebook.

De PersUn premier jet de ce que pourrait être des sites de recommandation et ou d’analyse des centres d’intérêt de son réseau social.

Le projet est à suivre et ouvert à toute idée, recommandation.

Merci à Kim pour ses traductions.

La presse, les moteurs de recherche et le real-time web

La Belgique est un laboratoire intéressant pour suivre les soubresauts de la mutation de la presse à l’ère de sa numérisation.

Sauf à avoir vécu sur Mars vous aurez en mémoire le clash entre Copiepresse et Google sur la thématique de l’indexation. Particulièrement l’intégration dans le service Google News. Prélude prophétique d’un sujet qui revient au devant de la scène grâce au magnat Rupert Murdoch qui rendra payant tous ses titres en ligne et du même coup veillera à les faire désindexer de Google.

Une très longue interview est disponible sur YouTube pour se faire une opinion sur les motivations de Rupert.

On comprend que dans la logique du « Google parasite », la meilleur défense c’est l’attaque et que lui interdire d’indexer des contenus c’est saper sa raison d’être ; mettre à disposition l’information.

Certains laissent entendre que c’est une aubaine pour Microsoft et son moteur Bing qui peine à décoller. En effet pourquoi ne pas faire alliance contre le géant Californien en indexant préférentiellement les contenus des éditeurs sur un moteur défini en échange de revenus maximisés ?

Adieu neutralité, adieu savoir universel, bienvenu dans un monde de chapelles. En gros c’est une redite de l’épisode belge de 2006.

Or on est en 2009 et il est fort possible que le combat soit déjà une étape plus loin et que le modèle du moteur de recherche et de l’obsession SEO soit déjà à ranger aux oubliettes, remplacés par le bouche à oreille, le retweet et la valeur marque des sites de presse et de leur relation à leur lectorat, leur communauté.

En effet d’autres postulent que Murdoch a compris que la reprise en main de la relation avec le lectorat passe par la recommandation et que le trafic principal des sites du groupe Newscorp vient de twitter ou Facebook.

Je ne saurais trop vous rappeler le graphe que j’avais réalisé sur la diffusion de l’info à l’ère du real-time web

L’idée est donc de court-circuiter l’inter-médiation de Google, c’est elle qui siphonne les revenus publicitaires. Le brand le plus puissant du monde sert de porte d’accès à toutes les autres marques, or cette position est contestée par la prise d’importance des réseaux sociaux et du real-time web où les marques peuvent agir en leur nom propre et capitaliser sur leurs services.

Qu’en est-il dans notre beau Royaume ?

Le soir a pris pied sur Facebook (2,75 millions de Belges) et rassemble plus de 4200 fans, ce qui représente 0,57% du lectorat régulier (+/- 700K visiteurs réguliers sur le soir.be en octobre 2009). Je serais curieux d’en connaître plus sur le dispositif mis en place pour animer cet espace si quelqu’un veut partager sur le community mangement chez Rossel, d’avance merci !

Cette fan page a un compte twitter un rien famélique, un autre compte diffuse les liens du fil info, mais l’initiative n’émane pas du journal.

Côté IPM deux fan pages pour la Libre et la DH. Meilleurs résultats pour la page de la DH puisque cComme celle du Soir elles bénéficient d’une exposition sur la homepage du site.

De même que pour Rossel si quelqu’un veut bien m’expliquer le dispositif mis en place pour gérer la communauté je suis curieux. Deux comptes (@lalibre et @lalibrebe) twitter complètent le dispositif mais aucune garantie quant à leur propriétaire.

Détail cocasse sur Bing : ni La Libre, ni Le Soir n’ont leur homepage en réponse à une recherche sur leur marque… Merci Copie presse.

 
 

Des bruits laissent entendre que Rossel envisage de repasser nombre des contenus de son site phare du côté des contenus payant. 2010 risque d’être une année chaude sur ce front.

  

BMMA : Le champ de bataille numérique

A l’invitation de Valérie Janssens et du BMMA je débattais aujourd’hui avec Christian Van Thillo, Didier Hamman et Laurent Haulotte des problématiques d’accès à l’information lors de l’évènement Le champ de bataille numérique.

Je portais la casquette de celui qui travaille pour un portail généraliste et blogue. « Le méchant » 😉

Outre le plaisir de revoir Didier et Laurent, déjà croisés auparavant et de faire la connaissance de Christian, je dois bien avouer que cet évènement n’aura rien eu de transcendant.

Tout le monde argüant de sa bonne forme, de sa bonne position et de sa bonne stratégie pour affronter l’avenir, c’est gnan-gnan et très 2008 avant septembre.

Sans doute ne sommes nous pas si éloignés dans nos approches, ne lisons-nous que ce qui nous sert dans les études que nous compulsons. Peut-être aussi refusons nous d’admettre que les choses changent. Va savoir.

J’ai commencé ma présentation avec un slide comportant une citation de Machiavel que j’avais lue chez Louis Naugès et que j’ai reprise in extenso.

[…] il n’y a point d’entreprise plus difficile à conduire, plus incertaine quant au succès, et plus dangereuse que celle d’introduire de nouvelles institutions.
Celui qui s’y engage a pour ennemis tous ceux qui profitaient des institutions anciennes, et il ne trouve que de tièdes défenseurs dans ceux pour qui les nouvelles seraient utiles.
Cette tiédeur, au reste, leur vient de deux causes : la première est la peur qu’ils ont de leurs adversaires, lesquels ont en leur faveur les lois existantes; la seconde est l’incrédulité commune à tous les hommes, qui ne veulent croire à la bonté des choses nouvelles que lorsqu’ils en ont été bien convaincus par l’expérience
Le Prince, Chapitre VI

Avec l’air qu’ont les médias à l’heure actuelle je serais curieux de voir ce qui sera dit d’ici à un an.

A titre d’archive je vous mets après le saut le contenu de mon speech de présentation.

Continuer la lecture de BMMA : Le champ de bataille numérique 

La fragmentation de l’attention

gatlingConfronté aux tweets de l’élite des blogueurs US, j’en ai eu assez de ces petits suppositoires d’info mitraillés comme s’ils maniaient une Gatling. Gavé par l’abondance de messages dont la valeur ajoutée par rapport à leur blog reste à prouver. Ce petit coup de sang m’a donné envie de lire des choses sur la fragmentation de l’attention.

En français pour « fragmentation de l’attention » j’ai trouvé 7 occurrences. En anglais c’est autre chose, il y a pléthore. Etrange disproportion qui m’a fait réfléchir à ce que j’envisageais en associant ces termes.

C’est un phénomène que je perçois et décrirais comme suit :

Phénomène de dispersion de l’attention entre un nombre croissant de sources d’information et canaux de transmission. Volatilité dans la gestion de ses besoins informationnels ; concurrence entre différents centres d’intérêt ou sources d’information qui permettent de rester toujours en éveil, d’assouvir son hypercuriosité.

L’attention fragmentée est un phénomène qui peut être analysé au niveau de l’individu et au niveau des groupes sociaux, bien que dans le second cas en français on parle plus de « fragmentation des audiences », comme si le phénomène n’était perceptible que sous l’angle du producteur / diffuseur de contenus.

Fragmentation pas déficit

Dans mon esprit ceci n’a rien à voir avec les TDAH (trouble déficitaire de l’attention / hyperactivité) ou les distractions digitales, ces alertes de réception d’un message, d’un tweet, d’une mise à jour d’un flux qui vous détournent de vos activités.

Je parle du résultat d’une mutation des moyens et techniques d’information, d’une pléthore de réponses possibles aux stimuli de la curiosité. Ils nous font découvrir qui un blog, qui un site, qui une newsletter, un service mobile, un twiteur, un friend, une chaîne de télé qui répondent à nos besoins et par la-même ajoutent une source à notre éventail de médias.

Les joies des Danaïdes

Etendre son savoir ou combler son ignorance comme les Danaïdes leur tonneau procure du plaisir. La technologie a simplifié l’apprentissage ou pour le moins l’accès au savoir. Mais si les canaux sont multiples, ils répercutent du bruit en écho sans fin et la validité des sources se trouble.

On peut également vite succomber à la boulimie, l’offre d’info frôle la crise d’obésité, il convient donc d’avoir des affinités électives avec les sources, de réduire le bruit de se prémunir de l’overdose.

Filtrer pour surnager

Les prescripteurs de notre curiosité sont notre propre expérience et les limites de notre savoir, ainsi que nos proches ou des médiateurs que nous avons sélectionnés.

La part de découverte, d’exploration est laissée soit à Google et à notre capacité à formuler des questions, soit aux suggestions de nos contacts (emails, listes de lecture partagées, twitter, etc.). L’organisation de nos sources (bookmarks, flux rss, newsletter, etc.) induit une sélection dans l’offre et une restriction dans ce qui nous parvient. La pertinence subjective des choix des autres guide notre sélection.

Que nous soyons fan de foot, ardent défenseur des droits d’Israël, militant écolo, passionné de tricot, érotomane, nous filtrons pour trouver ce qui nous plait, uniquement ce qui nous plait afin d’éviter les distractions, les discordes, les déceptions.

Nous renforçons, consolidons notre univers mental, excluant le bruit des sujets ne nous intéressant pas ou bien des discours qui vont à l’encontre de nos convictions. Le meilleur outil de censure actuel c’est la limite de notre curiosité pour le bruit ambiant.

Le futur du débat public

Ce filtrage personnel, qui tend à l’homogénéisation de l’univers cognitif, même si c’est une mosaïque de sources qui l’étaye, donne à imaginer une société future où le discours public, la voix du pouvoir ou le message publicitaire auront du mal à se frayer un passage à traverser les différentes chambres d’écho que nous construisons.

C’est tout le propos d’Ed Shane dans Disconnected America: The Consequences of Mass Media in a Narcissistic World (2000) ou celui de Cass Sunstein dans ses livres Republic.com (2001) et Republic.com 2.0 (2007). La cyberbalkanisation de la société qu’ils décrivent, voir prophétisent vu la précocité des analyses ne se marque pas de façon globale mais certaines poches ou sujets sont diamétralement abordés en ligne en fonction du groupe social auquel on appartient.

Pensons au darwinisme, à la Palestine, au foot, trois champs où le parti pris joue un rôle fondamental dans la gestion de son attention.

Sale temps pour le reach

Certains produisent du contenu sur différents supports. Ils bloguent, microbloguent et socialisent. Ils tentent de rester sur la crête de la vague, de toucher un maximum de personnes.

Pourtant plus la technologie avance plus leur audience se morcèle et bien souvent leurs efforts, si ils ne sont pas soutenus par une rentabilité claire, se concentrent en priorité sur les nouveautés, la hype. Délaissant parfois la maîtrise pour l’expérimentation hasardeuse. Les blogueurs que j’aime ne sont pas tous de bon twitter et inversement.

Eroder son potentiel d’attention en multipliant sa diffusion est-ce la bonne approche ? Faut-il se centrer sur ce qui buzze au risque de lâcher la proie pour l’ombre ?

Pour ma part twitter ne remplacera pas mon agrégateur RSS et mon lifestream ne mérite pas la home de mon blog.

interMédias : Les médias ont-ils joué un rôle dans la crise financière ?

interMédias l’émission de la RTBF qui ne nous prend pas pour des cons 😉 propose, via Damien, un intéressant débat ce vendredi en radio autour de la question : « Les médias ont-ils joué un rôle dans la crise financière ? »

Je ne pourrai pas suivre le débat j’ai donc pondu un petit commentaire sur mes observations.

Je vous le livre in extenso ci-dessous, si le débat vous branche continuez le sur le site de l’émission

On lira avec délectation ou incrédulité la différence de couverture dans la presse néerlandaise et la presse belge des déclarations de Maurice Lippens sur la débâcle annoncée.

Ces analyses datent de juillet et n’ont pas beaucoup percolé dans l’opinion publique de ce côté-ci de la frontière. Pourtant des journaux belges ont fait état de cette interview.
Dès lors suivre le système financier aux « soins intensifs » à la façon d’ »Urgence » en livebloguant comme les grands titres nationaux, c’est une manière comme une autre de bénéficier de l’effet de panique et capitaliser de l’audience. Rien de tel qu’un bon drame.
On aurait pu agir autrement et ENFIN faire usage du web à sa juste mesure. Collectionner des archives sous la forme d’un dossier. L’étoffer jour après jour. Documenter, suivre, y revenir, y référer.

Assurer un travail d’exhaustivité par la collection des sources, pas uniquement un journalisme du lien, mais aussi une politique éditoriale de l’oignon, couche, après couche, article après article mettre en perspective ce qui se tramait et qui se savait (voir le financier de la place qui charge le gouvernement au fait depuis 2 semaines) pour prendre la mesure de la crise qui se profilait.

Selon moi la presse n’a pas expliqué, n’a pas décodé, elle a eu tendance à simplifier et comme souvent la télévision a traité de manière manichéenne des sujets complexes.
A ce propos voir le sentiment d’un insider de Fortis sur les questions de Nathalie Maleux

Donc j’aurais tendance à penser que la presse généraliste (et je pense qu’il n’y a pas de presse spécialisée finance en Belgique) a manqué de clairvoyance et a réagi sous l’effet d’une surprise à des problèmes qui dépassent la seule explication par la crise des subprimes qui aura servi de paravent à un dysfonctionnement bien plus grave et profond des règles du crédit.