Archives pour la catégorie politique

Leterme II, tic tac tic tac tic tac…

Comme la temporalité et le chronomètre risquent de beaucoup occuper le paysage politique d’ici à Pâques puis Juillet et que l’on devrait voir refleurir des expressions comme « jouer la montre », « perdre son temps », « le temps nous est compté », « il est temps de trouver un nouveau cadre institutionnel », je vous propose un petit compteur potache mesurant la longévité du gouvernement Leterme II institué par le Roi ce 25/11/2009 vers 11 heures.

Si vous souhaitez l’intégrer dans votre code html il suffit de copier/coller le code ci-dessous.

<script type= »text/javascript » src= »http://www.balencourt.com/iefke.js »>
</script>

Pour obtenir le rendu suivant sur 200 pixels de large

Les hashtags sont ceux proposés par @Chaos_Theory_Be, si vous pouviez m’aider à créditer la photo, ça me ferait bien plaisir.

De l’ennui public et de l’obligation du choix

A 18 jours des élections il n’y a guère que la consternation qui prévale.

En vrac : L’échec des réformes socialistes, ses cadres vieillis ou disqualifiés, sa mainmise sur le pouvoir qui corrompt inévitablement et qui pousse à un conservatisme du pouvoir bien loin des idéaux progressistes que l’on peut attendre d’une telle formation, ça me gave. Les bleus qui sont bien malades de l’écroulement de leur système, s’endetter pour sauver ses banques, plus blues que bleue comme démarche, et sa tête de liste bruxelloise qui ne laissera le Sénat que pour la Présidence, ça m’agace. Sans compter que les chamailleries de banlieue c’est une histoire de libéraux, le psychorigide VLD castre du « MR », les vrais libéraux aiment-ils toujours leurs collègues du FDF ? Ca me questionne.

Les verts épaissis, le vent en poupe et qui ont envie d’y aller mais avec qui? Des copies laquelle séduira le plus l’original? Ca me taraude. Et puis ces jeunes pousses qui twittent, qui bloguent, comment chiffrent-elles leurs ambitions ? Plus ou moins cher que les efforts de comm’ ? Les oranges dont le bébé le plus connu n’aime pas que l’on dresse son bilan, m’indiffèrent toujours.

J’aurais bien voulu savoir :

Que cèderont-ils pour libérer les flamands de notre joug ceux qui rejoindront les tables de négociation qui les attendent ?

Vu le scrutin proportionnel avec qui les partis ont-ils envie de faire une alliance ?

Avec 140.00 pertes d’emplois d’ici à 2 ans, sans compter les cadences réduites, comment va-t-on faire face aux défis que chacun envisage ?

Si une véritable campagne orchestrée moins par le scoop et le coup et plus par l’analyse et le travail journalistique est possible merci de faire suivre, là je fatigue.

Et dire que chez les petits il n’ya pas plus d’inspiration à trouver.

Mes lectures du moment (car tout espoir n’est pas perdu !) :

Et d’ajouter que le micro article du Soir sur le désenagegment des jeunes trouve une répone détaillée ici : La « generation Y » en a assez des « pourquoi ? »

Les tweets politiques agrégés sur skynet.be

Expérience d’agrégation des comptes twitter des femmes et hommes politiques en lice pour les élections du 7 juin sur la page élections de Skynet. Un widget est dispo.

Je suis curieux de voir si cette mise en avant d’un canal moins contraint que les sites web et les budgets affiches donnera à voir des messages et personnalités politiques sous un jour autre.

C’est en gros l’objectif poursuivi par Renaud Hermal qui pilote le projet : expérimentation, prise en compte d’un nouveau canal de diffusion d’infos et donner de la visibilité à tous les candidats, même à ceux du fond du tableau.

Cela ne remplace sans doute pas le métier de colleur d’affiches, mais à voir l’implantation verte sur twitter il y a fort à parier que cette fenêtre sera bientôt occupée par les autres formations.

Une production tweetag.

Petit disclaimer, je fais bouillir la marmite en travaillant pour Skynet, mais je ne relaye que ce qui me plaît des productions de mon employeur.

Politique belge sur un air d’Obama ?

Je vous propose de faire un petit tour de la communication politique online dans le royaume. Un de mes dadas et sans doute un gros morceau des dispositifs utilisés pour nous séduire d’ici au prochain scrutin même si pour l’instant les stratégies restent obscures.

Si le degré de maturité du web – politique ou pas – en Belgique est difficilement comparable avec les Etats-Unis, même si la campagne US porte sur des personnes et leur programme plus que sur des partis, et que le militantisme n’est pas le même; il est clair que la mise en place d’une série d’outils pour réaliser certaines tâches ont eu un effet de levier dans la campagne de Barack Obama.

En conclusion-préambule on recommandera donc une lecture attentive de l’article du Technology Review consacré au dispositif de campagne du sénateur Obama qui, si l’on veut donner à voir autre chose que sa morgue, son ego, son usure ou son gazon, devrait inspirer les communicants sur ce qu’il est possible de faire.

Vu les moyens à disposition je me limiterai aux francophones sans m’interdire en cas de coup de génie une incartade au Nord… mais il ne faut pas rêver.

Je me pencherai plus particulièrement sur les sites web de parti (les blogs perso c’est le taf du politique show et à part chez les verts ou les dinosaures c’est mort) et l’usage des réseaux sociaux.

Sites web

Structure
Les sites web des 4 grands partis sont en gros tous structurés de la même manière.

Infos et actualité des débats – Représentants et organisations locales – Agenda

Si ils diffusent des infos sur les thèmes qui animent leur action/réflexion et annoncent des événements, beaucoup ne tirent toujours pas profit de leur communauté ou n’invitent pas à l’engagement.

Engagement
C’est un peu le parent pauvre de tous ces sites l’engagement, rien ne semble appeler à l’action et même quand c’est proposé on ne sait pas vraiment ce que cela peut apporter, représenter… on est dans le vague face à un formulaire kilométrique (PSCdHEcolo) ou un site léché sans plus de détails sur la finalité de cette adhésion (MR).

Proximité
Si le PS a tout un pan du site qui permet de consulter l’activité des sections locales, on peut dire que c’est la zone la plus morne voire morte du site, comme en déshérence. Texte de test pour Schaerbeek par exemple (Laurette tu glandes ?)

Du côté MR et d’Ecolo c’est la pléthore de sites, sous-sites et adresses différentes dont il ne ressort pas grand chose en terme de proximité.

On notera que la navigation du site du CdH est inutilisable sous Firefox et que donc je n’ai pas été voir plus loin.

On peut en déduire que nombre de candidats et d’appareils considèrent le site personnel comme le premier véhicule de communication. Donnant au parti un site de vitrine, permettant la structuration d’un discours mais ne représentant pas un passage obligé pour la communication.

Réseaux sociaux

Depuis la rentrée et la mise en branle d’une précampagne longue et laborieuse l’activisme politique online du côté des gros partis francophones tend à se raviver.

On peut constater sur Facebook l’utilisation régulière des mises à jours sur la page dédiée à Dider Reynders et depuis hier le même phénomène pour celle d’Elio Di Rupo.

On peut y comptabiliser le nombre de suiveurs, ou de supporters.

Dans cette « lutte » des présidents le liégeois l’emporte face au montois, mais de peu. Peut-être un effet de la fracture numérique entre cibles électorales ? Toujours est-il que le potentiel est grand puisque le site rassemble plus de 800.000 belges.

Pas une semaine donc sans que la page du Ministre des Finances ne soit mise à jour et ne diffuse sa prose à ses près de 8000 fans.

Une sorte de newsletter sur tous les sujets : expo, résultats du Standard, 20 années de socialisme wallon, la vie comme elle coule limite badin. On verra si ces efforts de proximité corrigeront les sondages.

On attend aussi de voir la posture à gauche. Sera-t-on dans le ton de la confidence, de la connivence ou bien sûr du plus sérieux ?

Du côté vert et orange les présences sont disparates (Javaux a plus de 4000 amis), mais comme personne n’a encore heurté la limite des 5000 amis, la solution des « pages » n’a pas encore été prise.

Je suis curieux de voir comment tout ceci évoluera et comment les dispositifs citoyens tel mapolitique.be ou la presse inciteront les partis à une plus grande mise en avant de leurs réseaux, de leurs débats et au final de nos aspirations.

Didier touche les 5000

Sur Facebook on ne peut avoir plus de 5000 amis. Je sais c’est dur, un quart de l’ULB ou un tiers de Belgacom et pouf ! C’est fini. Le profil affublé du nom de Didier Reynders vient d’atteindre cette limite.

Heureusement ses cyber-conseils n’ont pas eu le réflexe du café schaerbeekois et l’on ne verra pas de « Didier Reynders II ». Un groupe pour suivre le liégeois à la trace a été mis en place. Liège Capitale Européenne de la Culture en 2015 sera-t-elle un sujet de conversation ?

Au cyber-baromètre de l’amitié virtuelle les bleus mènent donc largement devant les verts et un Jean-Mi qui a 2201 amis. Ce petit monde est suivi à la corde par les rouges. Elio avec 2065 amis camarades fait limite figure d’esseulé. Les oranges sont pour le moins discrets si pas absents. Les bruns sont au trou et c’est très bien.