Le corps utile

Le corps utile
que l’on mutile
De travail en cancer.

D’espoirs en constats
À trois pas du trépas

La nostalgie
prospère
comme
un cimetière

Vivre c’était hier
Ce sera peut-être demain
Maintenant, fugace, ne tient aucune promesse.

Il n’est rien que je délaisse auquel je ne tiens.
Ni moi, ni les miens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.